Apprendre à percevoir l’ennemi invisible.

Introduction

L’ennemi en question.

Veuillez m’excuser, j’ai utilisé le mot “ennemi” pour capter votre attention, car notre mental est conditionné à trouver et surtout fabriquer des “ennemis”.

Cet ennemi, il convient de ne pas le personnifier et il faut donc, le nommer de façon neutre (le neutraliser) , c’est en cela que je le désigne dans sa plus simple expression, comme “l’inconscient collectif” car de toute façon, il s’agit bien de cela, mais il ne faut surtout pas le voir comme un ennemi ou même y chercher quelqu’un qui l’utiliserait à mauvais escient.

Vous ne voyez pas de quoi je parle ? Lorsque j’écris inconscient collectif ?  c’est cette pression sociale qui vous pousse à aller à gauche plutôt qu’à droite, ce sont les médias, ce sont toutes ces phrases qui jaillissent dans vos vies de la bouche d’autrui, à base souvent de “il faut”, sans même pouvoir vous expliquer l’origine de ce “il faut” péremptoire.

c’est, le consensus, cette pensée générale lissée qui cherche à vous soumettre à elle, parce que : c’est sa nature.

Rien de magique là-dedans mais assimiler ce concept permet une compréhension beaucoup plus profonde sur ces crises, qui ne sont que les convulsions douloureuses d’un vaste accouchement.

Voyez aussi cette “force” sur nos esprits,  comme une mère tyrannique, hystérique, qui fait tout pour rendre son enfant le plus dépendant possible d’elle (grâce au confort et la technologie),  pour qu’il reste enfermé dans sa chambre devant son écran. Parce que là, elle sait, qu’il ne lui arrivera rien et qu’il ne sera jamais capable de la quitter et son pire ennemi, c’est le père, qui lui, voudrait bien que l’enfant grandisse, trouve son autonomie et quitte la maison.

Cette énergie de la mère s’est perdue et il lui faut retrouver ses esprits, il faut que la femme et l’homme sage se lèvent et si vous lisez ces lignes, il y a de fortes chances que vous ressentiez cet appel en vous.

Vous voulez voir l’inconscient collectif en action ?

Entrez dans un lieu public sans masque et vous le verrez très vite en train de vous observer et si vous ne remettez pas vite votre masque, vous risquez fort de l’énerver. Soyez sage vous dis-je 😉

Pourquoi ne pas le percevoir comme un ennemi ?

Parce qu’il n’y en a pas, mais il y a bien une force à comprendre et qu’un roi (ou une reine) doit savoir être stratège.

Il faut savoir se mettre en formation tactique sur un champ de bataille et comme nous sommes sur un champ de bataille intérieur, il convient d’adopter une position intérieure et pour vous inspirer, je vous confie les miennes.

Donc, la première des tactiques, c’est de ne voir cet “antagonisme” (nécessaire, mais ça, nous y reviendrons beaucoup plus tard) que comme une chose neutre et comme dans la philosophie de l’aïkido : il convient de rétablir l’harmonie.

Comprenez bien, que c’est surtout à l’avantage de vous-même, bien avant celui de la force du chaos face à vous, si vous entrez en conflit vous devenez chaos vous aussi et n’êtes plus qu’un prolongement de cette force, l’inconscient collectif vous aura absorbé.

Il n’y a pas de guerre à gagner, il n’y a qu’un chemin à suivre et au fond, je vous donne une raison dans une logique plus occidentale de rester en tao

ça peut vous sembler trivial, mais je vous assure que si vous êtes très sérieux avec votre monde intérieur, votre vie prendra une tournure tout à fait stupéfiante et je vous laisse le soin de le découvrir.

en attendant, je vous invite à lire l’article : l’insoutenable dégénérescence des enfants du paradis.

Fraternellement,

Réginald,